photo 28 e landaEn 2006, les villes de Terrebonne et Repentigny confiaient un mandat au cabinet d’expertise environnemental Chamard et Associés pour trouver des solutions aux problèmes occasionnés par la présence de goélands dans leur région. La principale  conclusion de leur rapport a été à l’effet qu’une approche intégrée et régionale était nécessaire. Ainsi, le Comité régional de coordination sur la gestion des goélands fut créé en 2007 réunissant des élus ainsi que des employés de plusieurs villes et municipalités, deux propriétaires de lieux d’enfouissement technique (LET), un représentant de l’Union des producteurs agricoles (UPA) et un biologiste d’Environnement Canada responsable de l’application de la Loi sur la convention concernant les oiseaux migrateurs.

P1130509Ce groupe de travail coordonné par Chamard et Associés a rapidement reconnu que les connaissances scientifiques sur l’écologie du Goéland à bec cerclé étaient insuffisantes pour préparer un plan de gestion. Les chercheurs de l’UQAM et d’autres universités du Québec ont alors proposé d’élaborer un projet de recherche pour étudier le comportement du Goéland à bec cerclé en milieu urbain et périurbain et ce, dans une perspective de gestion intégrée. Grâce à la contribution de plusieurs partenaires et l’obtention d’une subvention du Conseil de recherche en sciences naturelles et génie du Canada (CRSNG), une vaste étude sur le comportement des Goélands à bec cerclé a été réalisée dans la grande région de Montréal entre 2009 et 2012. Certains projets se poursuivent encore et portent sur la dynamique de la population, la dispersion post-reproductive et l'utilisation des toits plats pour la nidification. Une étude sur l'exposition des Goélands à bec cerclé aux contaminants émergents comme les retardateurs de flamme est aussi en cours grâce à une subvention du Fonds de recherche du Québec Nature et technologies (FRQNT).